Léa DANG

Née dans la région grenobloise, Léa grandit au milieu des palmiers, les pieds dans le sable en face de la Méditerranée, à Cannes. C’est donc entre mer et montagnes – et deux milieux socio-culturels très différents, qu’elle évolue. Après deux ans de prépa littéraire, elle file vers la capitale, où elle valide un Master à l’Institut Français de Presse, puis à Sciences Po Paris, où elle étudie les politiques publiques de l’environnement. 


Depuis l’adolescence, un désir (brûlant) se manifeste : celui de mêler son engagement politique à la création littéraire. 


Férue de poésie, elle découvre les plumes d’Apollinaire, Rimbaud, Hugo, Noailles et décide de faire des mots sa force, en choisissant une voie, celle du journalisme. 


En hypokhâgne, elle découvre la situation dramatique des victimes de l’agent orange au Vietnam, le pays d’origine de son grand-père. Elle décide de s’y rendre en 2017 pour réaliser un photoreportage – qu’elle raconte à son retour dans une conférence Tedx à l’université Panthéon-Assas. La même année, elle s’engage auprès de Tran To Nga, ancienne résistante et victime de l’agent orange qui intente un procès contre les fabricants du défoliant. Léa devient alors porte-parole du Collectif Vietnam-Dioxine, pour qui elle co-réalise avec le réalisateur Francis Cutter le clip-vidéo « Sortons du silence », en août 2020, pour la journée mondiale des victimes de l’agent orange. 

Léa est aujourd’hui journaliste environnement pour des médias indépendants comme Reporterre, Mediapart et Socialter, et fait partie des associations Prenons La Une et Un Bout Du monde


C’est lors d’une rencontre avec l’écrivaine Marie Darrieussecq à Sciences Po, qu’elle s’autorise enfin à laisser à la littérature une place centrale dans sa vie. Elle entame, aujourd’hui, l’écriture de son premier roman.

CONTACT

lea.dang@lilo.org