Paul VINET 

Paul Vinet est né en 1994 en banlieue parisienne. 


Le cinéma s’est très vite imposé à lui comme une fenêtre sur le monde ainsi qu’une manière d’appréhender ses émotions.


D’abord tout jeune, dans les vidéos clubs, où il passe des heures à regarder les jaquettes de films qu’il n’aura pas le droit de louer, des films d’horreur qu’il regardera au casque au beau milieu de la nuit. Puis les films noirs, les thrillers qui bercent son adolescence. Ainsi, le cinéma devient également un interdit, un moyen de transgression. Quelque chose qui nous bouscule et crée en même temps une attraction trop grande pour qu’on en détourne le regard.

Il aime la magie que provoque la salle de cinéma. Celle de passer par le même chemin pour aller et revenir d’une projection, et ressentir le film déborder de la salle jusqu’à donner la sensation que ce trajet pourtant identique, une fois hanté par le film, n’est plus tout à fait le même.

Pour lui, qu’il s'agisse de la fiction ou du documentaire, du film social ou de la science-fiction, le cinéma doit nous secouer, nous faire réfléchir, nous mettre à la fois face au monde et à nous même.

Après une prépa littéraire Hypokhâgne Khâgne, il se détourne de l’ENS au profit d’un master à la Sorbonne Nouvelle en recherche cinématographique. Il côtoie des auteurs et des critiques cinématographiques dont il a longtemps admiré le travail, a la sensation d’entrer dans un cercle qui pouvait lui paraître inaccessible quelques années auparavant.
Et puis vient cette fameuse question qu’il avait balayé d’un revers de la main lors de son entrée à l’université. «Peut-on parler de cinéma sans faire de cinéma?». La réponse est évidemment oui cependant elle mettait en lumière une autre, plus personnelle: Arriverait-il à passer sa vie à parler de cinéma sans en faire lui-même ?

C’est à ce moment que Paul a décidé de se séparer du monde de la critique et de l’essai pour «faire». Guidé par un besoin viscéral de s’approcher de la création, Paul rejoint des projets artistiques théâtraux, scénographiques et autres installations plastiques.



Il décide par la suite de rejoindre la formation réalisation fiction à 3IS, où il co-écrira et co-réalisera la série A Contre-Courant un thriller dans l’univers fluvial. Puis le court métrage Une Dernière Nuit, un film noir où le destin d’un flic basculera pour une femme. 


Ses envies de thriller, de romances noires, de personnages ambigus s’accompagnent d’une quête de formes hybrides, quelque part entre le documentaire et la fiction. Avec, toujours cette appréhension du cinéma comme une recherche de sensations et de sentiments, quelque chose qui interroge et emmène vers un ailleurs tout en nous ramenant au plus profond de ce que nous sommes.


Après sa formation à 3IS, Paul travaille comme assistant réalisateur et continue d’écrire, toujours habité par cette envie irrépressible, presque pulsionnelle de faire des films. De se confronter aux histoires et à l’expérience sensible de films qui hantent le spectateur après la séance, d’un cinéma qui vient des tripes, qui nous dérange et nous touche en même temps.

CONTACT

paul.vinet@hotmail.fr